Logo du Château de Marsannay Splashpage

Avez-vous l'âge légal requis par la législation de votre pays pour entrer dans ce site ?
Do you have the legal age required by the laws of your country to enter this site ?



Quelle est votre langue ?
What is your language ?



Millésimes

2019
2020

« 2019, La magie des années en 9 »

  • 1. Données météorologiques et déroulement du cycle végétatif

    Après un automne ensoleillé, l’hiver est marqué par un fort stress hydrique. Il manque entre 50 et 70% d’eau en janvier et février. Ce déficit hydrique se cumule à une extrême douceur : l’automne-hiver se situe presque à 3°C au dessus de la normale.

    Ce sera le plus élevé de ces 25 dernières années. Il faut attendre janvier pour ressentir quelques journées de gel en dessous de -5°. La taille de la vigne va donc se dérouler sous un excédent d’ensoleillement de plus de 140 h par rapport aux normales de saison.

    Encore cette année, il n’y a pas vraiment eu d’hiver.  Les températures clémentes de mars permettent une belle évolution de la vigne. A fin mars, la vigne a bénéficié d’une telle luminosité que l’on s’attends déjà a un démarrage rapide de la végétation.

    Les parcelles les plus en avance atteignent le stade mi débourrement dès le 2 avril.  Mais ensuite, un temps froid et très pluvieux, s’installe sur la Côte de Beaune.  Le gel  est menaçant les nuits du 5 et 14 avril avec des températures proche de -3°C et une hygrométrie élevée. Les vignerons sont tous mobilisés  pour lutter contre le gel (bougies, éoliennes..).

    Mais les  dégâts sont bien présents et hétérogènes suivant les parcelles. Il faut attendre le 20 avril pour que de belles journées printanières réchauffent l’atmosphère et que la pousse reprenne. A fin avril, 2019 s’inscrit parmi les millésimes les plus tardifs car, avec tous ces aléas, la pousse a considérablement été freinée.

    Début mai, les températures sont fraiches et la végétation a du mal a pousser : 1 feuille tous les 6 jours durant les premières semaines. A partir du 15 mai, l’ensoleillement permet une reprise régulière de la pousse et nous pouvons débuter les travaux en vert. Dès la sortie des inflorescences, nous avions remarqué une récolte moyennement abondante. De ce fait, la régulation de la charge par l’ébourgeonnage s’est faite prudemment et au cas par cas en fonction de la charge de chaque cep.

    Juin est un mois très chaud et sans pluie. L’été s’installe, la pousse est intense et les premières fleurs sont visibles dès le 4 juin dans nos parcelles  les plus précoces et les plus homogènes en terme de stade végétatif.  (Volnay Clos des Chêne, Pommard Clos des Epenots).

    Nos vignerons entament le 1er relevage des branches afin de préparer l’accolage et garantir une bonne organisation des rameaux, des fruits et du feuillage. A mi juin, la floraison touche a sa fin avec de nombreuses hétérogénéités entre les parcelles. Nos Volnay sont déjà au stade « grain de plomb » quand les Beaune Grèves sont à la chute des capuchons.

    La météo perturbée sur la fin de la floraison a entrainé une coulure importante sur l’ensemble de notre parcellaire. Les grappes sont de petites taille et très lâche donc nos rendements seront faibles.

    Les mois de Juillet et Aout sont chauds, secs avec trois canicules successives et un cumul de précipitation faible sous forme d’orage.  A la mi juillet, les grappes sont fermées et on commence a observer les premières baies verrées dès le 25 juillet.  Au fur et a mesure de l’avancée de la véraison, les raisins se gorgent de couleurs et de sucres. Le soleil et le vent contribuent a concentrer sucres et acides.

    Au niveau phytosanitaire, 2019 se caractérise par une pression phytosanitaire limitée sur l’ensemble du domaine. Si le mildiou a été quasiment absent cette année, l’oïdium a été l’objet de notre attention. Les décisions des cadences de traitement ont étés déterminées en fonction de la pression, de la météo et du secteur des parcelles.

    Notre 1ère année en conduite bio a été un succès. L’état du feuillage était excellent, aucune parcelle n’a décroché ce qui a permis une photosynthèse intense et régulière permettant au Chardonnay et Pinot Noir de gagner en maturité et en concentration de façon importante.

    Tout au long du cycle végétatif, le suivi quotidien de nos parcelles et le travail méticuleux de nos vignerons ont permis de récolter des raisins sains, mûrs et riches en polyphénols.

  • 2. Vendanges, vinification et élevage

    Nous avons débuté les prélèvements de maturité dans nos parcelles le 19 aout afin de déterminer pour chacune d’elle, la date optimale de récolte.

    Les décisions de dates de récolte ont étés difficiles et décisives. Il y avait une importante hétérogénéité d’une parcelle à l’autre. Plus que jamais, la dégustation des baies a été un élément clé pour définir la date de vendange. Nous apprécions ainsi les évolutions de saveurs de la pulpe, l’équilibre sucre / acide et la texture des tanins.

    Sur les 60 hectares du domaine, les vendanges ont commencé le 7 septembre par les chardonnay  puis le 10 septembre pour les pinots noirs et se sont échelonnées durant 11 jours.

    Pour nos rouges, le tri optique de la vendange a été très faible car l’état sanitaire était excellent. Les raisins étaient mûrs et sains donc peu écartés.

    Après une macération pré fermentaire à froid de 5 jours, la fermentation alcoolique a été douce et régulière sans trop de pigeages, essentiellement des remontages afin d’extraire en douceur les tanins les plus qualitatifs. Les tanins des pellicules étaient souples et agréables, la couleur s’est extraite facilement. Après une cuvaison de près de 20 jours, les vins ont ensuite étés logés en fût de chêne pour accomplir leur élevage sur lies.

    Les Chardonnay bien dorés ont été récoltés assez rapidement pour garder une belle fraicheur. Après tri manuel, pressurage et débourbage, la fermentation alcoolique s’est déroulée en fût pendant 10 à 15 jours suivant les terroirs. Elevé sur lies, le bâtonnage des lies se résonne au cas par cas, chaque cuvée étant unique.

  • 3. Dégustation

    Aujourd’hui, à la dégustation, nos vins rouges présentent des robes soutenues aux nuances violine.  La bouche est soyeuse, onctueuse, avec une belle concentration en fruit. Les tanins mûrs se sont enrobés avec l’élevage en fûts.

    Les vins blancs présentent une robe or aux reflets verts. Suivant les cuvées, le nez dévoile des notes de fruits blancs, de pêche de vigne, de fleur d’acacia. La bouche est complexe, avec une certaine fraicheur et tonicité.

    Ce millésime 2019 ravira les palais dès sa jeunesse et trouvera son apogée dans une dizaine d’années.

2020, Un millésime plus précoce que jamais

  • 1. Données météorologiques et déroulement du cycle végétatif

    Après un automne et un hiver doux et plus arrosé que la normale (+90 mm) la vigne affiche ses premiers signes de reprise dès la mi-mars. 2020 s’annonce comme un record de précocité car sur 6 mois (Octobre à Mars) nous avons eu au plus froid -5° C et seulement durant un jour. La pluviométrie en excès durant l’hiver a permis de reconstituer les réserves hydriques des sols.

    Malgré un début avril frais, 2020 est le millésime au démarrage le plus rapide de ces 25 dernières années. Avec un fort ensoleillement et des températures qui affichent plus de 24° C dès la mi-avril, la végétation explose.

    Il faut se hâter d’ébourgeonner car les bourgeons ont vite laissé place aux feuilles. Au 20 avril, on note déjà 6 feuilles étalées sur Chardonnay et 4 feuilles étalées sur pinot Noir. Au 21 avril, la chambre d’agriculture nous annonce 24 jours d’avance sur 2019.

    En mai, la dynamique de pousse est intense (2 feuilles par semaine). L’ébourgeonnage est à peine terminé que le relevage doit débuter sur nos Meursault Perrières et Pommard Clos des Epenot. Sur le domaine, un travail précis d’ébourgeonnage est demandé à nos vignerons afin de maitriser les rendements et la qualité de la future récolte.

    Les 1ères fleurs apparaissent autour du 16 mai et au 25 mai, les capuchons floraux sont bien souvent tombés, il fait chaud et le vent demeure.

    En parallèle, les maladies (Oïdium et mildiou) sont peu présententes. Il faut tout de même rester vigilant et suivre de près nos parcelles car les produits de contact que nous utilisons sont vite lessivés par les pluies.

    Début juin, malgré un temps plus perturbé, les conditions climatiques sont favorables à une nouaison fulgurante. En moins d’une semaine, les baies atteignent 5 mm et on imagine dejà des vendanges au 20 août. Sur certains secteurs, on observe que la coulure est importante, les grappes sont lâches, aérées et de petite taille.

    Au 5 juillet, la chambre d’agriculture nous informe que le millésime 2020 est le plus précoce jamais enregistré et les prévisions météo à venir n’inverseront pas la tendance. Juillet et août sont marqués par un temps ensoleillé, chaud, sec et caniculaire par période ce qui contribue à maintenir un parfait état sanitaire.

    Néanmoins la sécheresse commence à se faire sentir sur certaines parcelles de Pinot Noir. Au 10 juillet, nous voyons les 1ères grumes de Pinot Noir se teinter en rouge. Au 20 juillet, la véraison est enclenchée sur tous les secteurs, les travaux de sols sont alors arrêtés et nous commençons activement à préparer la cuverie, les vendanges approchent….

  • 2. Vendanges, vinification et élevage

    Afin d’appréhender parfaitement le millésime 2020, nous avons débuté les prélèvements de maturité dans nos 80 parcelles le 03 août à raison de 2 analyses par semaine par parcelle afin de déterminer pour chacune d’elle, la date optimale de récolte. Les décisions de dates de récolte ont étés décisives.

    Il y avait une certaine hétérogénéité d’un terroir à l’autre. Plus que jamais, la dégustation des baies a été un élément clé pour définir la date de vendange. Nous apprécions ainsi les évolutions de saveurs de la pulpe, l’équilibre sucre / acide et la texture des tanins.

    Sur les 65 hectares du domaine, les vendanges ont débuté le 20 août sur nos parcelles de Beaune Grèves et Volnay Clos des Chênes avec des raisins savoureux aux pépins bien bruns et au goût de noisette.

    Elles se sont terminées le 31 août par nos Savigny rouge ; C’est une 1<sup>ère</sup> pour le domaine d’avoir récolté l’ensemble de sa production sur Août.

    Pour nos rouges, le tri optique de la vendange a été très faible car l’état sanitaire était excellent. Les raisins étaient mûrs et sains donc très peu écartés.

    Après une macération préfermentaire à froid de 5 jours, la fermentation alcoolique a été douce et régulière sans trop de pigeages, essentiellement des remontages afin d’extraire en douceur les tanins les plus qualitatifs.

    Les tanins des pellicules étaient souples et agréables, la couleur s’est extraite facilement. Après une cuvaison de près de 20 jours, les vins ont ensuite étés logés en fût de chêne pour accomplir leur élevage sur lies.

    Les Chardonnay bien dorés ont été récoltés assez rapidement pour garder une belle fraicheur. Après tri manuel, pressurage et débourbage, la fermentation alcoolique s’est déroulée en fût pendant 10 à 15 jours suivant les terroirs. Elevé sur lies, le bâtonnage des lies se résonne au cas par cas, chaque cuvée étant unique.

  • 3. Dégustation

    Aujourd’hui, à la dégustation, les équilibres qui se dessinent dans nos vins sont superbes. Le côté solaire du millésime est présent mais les vins révèlent une grande fraicheur aromatique. Les acidités sont bien présentes, les blancs sont ciselés et profonds. Les tanins des rouges sont enrobés mais puissants avec une belle concentration en fruit.

    Ce millésime 2020 ravira les palais dès sa jeunesse et trouvera son apogée dans une dizaine d’années.